Censure, autocensure et art d’écrire : De l’Antiquité à nos jours PDF, EPUB

Seuls quelques-uns montent à la découverte du monde réel, éclairé par le soleil, et non par des feux artificiels.


ISBN: 2804800288.

Nom des pages: 270.

Télécharger Censure, autocensure et art d’écrire : De l’Antiquité à nos jours gratuitement. Livres disponibles dans ces formats pdf, epub, ebook, mobi.

A quoi donc correspond le mot censure ? Littérature, philosophie, droit, sciences humaines : le champ est vaste. Censure religieuse et politique vont souvent de pair depuis l’Antiquité : Socrate fut condamné à boire la ciguë… Mais, plus près de nous, comment oublier la censure éditoriale, la censure économique, l’autocensure ? La liberté de pensée et d’expression, idée-force de la philosophie des Lumières, inscrite dans la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789, constitue de nos jours un principe universel , son application n’en demeure pas moins incertaine en maintes occasions. De L’Art d’aimer d’Ovide à la Lolita de Nabokov, des lectures d’Aristote du XIIIe siècle aux écrits du marquis de Sade, ce livre suit le fil de ce phénomène paradoxal que constituent la censure et l’auto-censure : néfastes par nature pour la réception des œuvres, elles ont souvent le pouvoir singulier d’agir efficacement sur la création littéraire ou artistique en général. Voltaire, Rousseau, Salman Rushdie et ses Versets sataniques en sont des exemples, parmi tant d’autres. L’illusion de la fin de la censure faisait son chemin, jusqu’il y a peu, dans les démocraties occidentales… Une formule de Jean-Jacques Brochier nous ramène à la réalité :  » La censure, comme le diable, prouve son existence dans sort acharnement à nous ,faire croire qu’elle n’existe pas.  » Heureusement, un art d’écrire et un art de lire, tissés à travers ce volume, transcendent la censure et se présentent comme antidote au  » politiquement correct  » dont on sous-estime trop, aujourd’hui, la perversité.

En bousillant la mise en place de l’événement, les questions importantes ne sont pas abordées. Et s’ils n’étaient que la poussière et les cendres de nos pieds, aussi longtemps que, dans cette idée, ils pourraient servir à polir et éclairer l’arsenal de la Vérité, même à cet égard, ils ne devaient pas être complètement rejetés. D’une part, Maïmonide déclare que son livre est une défense du judaïsme contre la philosophie, qui pour lui signifiait l’aristotélisme; il déclare expressément qu’il n’écrit pas un livre philosophique, et qu’il a exclu toute la physique et la plupart de la métaphysique de sa compétence.

L’exemple le plus spectaculaire du silence d’un penseur peut avoir été les restrictions imposées à Galilée en 1633. Même si l’école a interdit à Rosenthal de publier son numéro de l’hiver 1958, elle a réaffirmé son attachement à ce principe encore et encore. Tout au long de la deuxième partie, la tyrannie de Richard repose sur les manipulations de l’avocat Catesby. C’est de la censure, c’est ridicule, et c’est petit.