Charles II PDF, EPUB

L’effigie sera exposée dans les nouvelles Abbey Galleries qui seront ouvertes mi-2018.


ISBN: 2704811946.

Nom des pages: 258.

Télécharger Charles II gratuitement. Livres disponibles dans ces formats pdf, epub, ebook, mobi.

Après une vaine tentative de reconquérir le pouvoir par les armes, Charles s’est vu  » offrir  » le trône par le général Monck, après la mort de Cromwell en 1658 et il rentre à Londres en souverain le jour de son 30e anniversaire. Mais la situation est difficile pour un Stuart d’Ecosse, famille traditionnellement catholique, et pour un cousin du roi de France, pays ennemi de longue date, d’autant que Louis XIV veut être le maître de l’Europe. Charles II va se comporter en digne petit-fils du Béarnais, tant par son goût des femmes que du secret. S’il semble se laisser mener par ses maîtresses et ses passions frivoles, ce qui lui vaudra le surnom de Merry Monarch, il n’en perd pas moins de vue l’intérêt de son royaume –ou de ce qu’il croit tel-. Tour à tour respectueux du Parlement, tour à tour cassant et brutal, il parvient à maintenir coûte que coûte le statut de la monarchie, face à ses adversaires intérieurs et extérieurs. En apparence  » vendu  » aux Français, dont Louise de Keroual, sa maîtresse bretonne aurait été l’agent, il cède en apparence aux volontés de Louis XIV, mais, pendant que ce dernier s’acharne à combattre l’Europe entière sur terre, Charles II développe la marine et les colonies, ce qui permettra à l’Angleterre d’asseoir son empire au-delà des mers, ce qui fera sa richesse dans les siècles suivants. Ainsi, ce souverain, souvent moqué et brocardé, mérite qu’on dépasse cette simple image, largement confortée par la Révolution orangiste de 1688 qui a chassé les Stuart du trône.

Les écrivains Will et Ariel Durant notent dans leur livre L’histoire de la civilisation que Charles II était «petit, boiteux, épileptique, sénile, et complètement chauve avant 35 ans.» Ils remarquent aussi qu ‘«il était toujours au bord de la mort». a analysé les données généalogiques sur Charles II, ainsi que celle de plusieurs de ses ancêtres. Il brûle, il frette, il adore, il contrôle, il accède. Cependant, les pouvoirs et privilèges royaux ont été sévèrement limités par le Parlement.

Mais ils ne peuvent pas être aussi tape-à-l’œil que les choses que son cousin français Louis XIV achète parce que: a) cela pourrait mal tourner avec le public et lui coûter la tête, et b) il ne peut pas se le permettre. Il fut immédiatement proclamé roi en Écosse le 5 février et à Jersey le 16 février 1649, mais il fut également reconnu dans quelques colonies britanniques (en particulier la colonie et le dominion de Virginie). Au moment de sa naissance, il a été conféré avec le titre de duc de Cornwall et duc de Rothesay. Depuis l’époque de Henri VII (dont c’était le coup de maître), les pièces de monnaie anglaises avaient une ressemblance exacte avec le monarque en tant que démonstration ultime de l’autorité souveraine.