Citoyennes tricoteuses : Les femmes du peuple à Paris pendant la Révolution française PDF, EPUB

Il sous-estime aussi grossièrement le côté révolutionnaire de la bourgeoisie dans la Révolution française à cause de son souci borné d’attaquer l’unité avec les politiciens bourgeois au 20ème siècle.


ISBN: 2262022577.

Nom des pages: 223.

Télécharger Citoyennes tricoteuses : Les femmes du peuple à Paris pendant la Révolution française gratuitement. Livres disponibles dans ces formats pdf, epub, ebook, mobi.

Quel furent la position, le rôle des femmes du peuple durant la Révolution? Blanchisseuses, boutiquières, ouvrières, chômeuses, épouses d’artisans ou de commerçants, quelles furent leurs espérances, leurs révoltes? Dominique Godineau nous présente ces femmes d’abord dans leur vie quotidienne, en famille, au travail. Mais l’essentiel du livre est de révéler la place des militantes politiques, celles que l’on surnomma les « tricoteuses », et de montrer comment ces « citoyennes sans citoyenneté » ont agi dans les sociétés populaires, les cabarets, les rues, partout où, héroïnes anonymes, elles ont pris la parole, seules ou avec les hommes. Citoyennes tricoteuses est le premier ouvrage écrit par une historienne de la Révolution, à partir d’archives de l’époque, sur un sujet jamais traité.

Les fabricants de tresses décoratives (passementiers), par exemple, étaient considérés comme des artisans du ruban à Rouen, des tricoteurs à Paris et des tisseurs de soie à Lyon, et chaque guilde avait des droits particuliers que ne partageaient pas leurs homologues des autres villes. Mais Babeuf n’est pas seulement important pour la nature révolutionnaire de ses idées. Quelques vestiges subsistaient encore en France au XVIIIe siècle.

Le servage a été aboli partout où il a survécu et les droits féodaux ont été supprimés. Andress écrit comme net et à jour un compte des origines de la révolution comme j’ai lu. Entre le noble et le bourgeois, une classe intermédiaire, composée de hauts fonctionnaires qui ne sont pas nobles, d’ecclésiastiques, de professeurs d’écoles savantes, de gymnases et d’universités, est placée. Au sommet se trouvaient de riches bourgeois qui, à mesure que la monarchie les créait, n’avaient pas encore obtenu une position qui leur conférait la noblesse.