CONTRIBUTION A L’ÉTUDE DE LA NÉCROLYSE ÉPIDERMIQUE TOXIQUE: ET DU SYNDROME DE STEVENS-JOHNSON PDF, EPUB

Cependant, des infections virales non spécifiques affectant les voies respiratoires ont été plus fréquemment observées avec SJS et TEN.


ISBN: 6131501246.

Nom des pages: 278.

Télécharger CONTRIBUTION A L’ÉTUDE DE LA NÉCROLYSE ÉPIDERMIQUE TOXIQUE: ET DU SYNDROME DE STEVENS-JOHNSON gratuitement. Livres disponibles dans ces formats pdf, epub, ebook, mobi.

Les pathologies bulleuses sont des dermatoses caractérisées par la formation de bulle aussi bien au niveau des muqueuses qu’au niveau de la peau. Ce sont des maladies rares qui peuvent être héréditaire ou d’origine immunitaire, dont les apparitions, les récidives ainsi que les conséquences restent imprévisibles. Au cours de notre étude nous nous sommes donc attachés à la compréhension des mécanismes impliqués dans la formation des bulles et à la mise en évidence de marqueurs permettant de prévoir les récidives. Dans un premier temps nous avons mené une étude histologique qui a montré la dégradation des deux principales macromolécules conjonctives de la matrice-extracellulaire : l’élastine et les collagènes. L’immunohistochimie et la biochimie nous ont permis de montrer non seulement une augmentation de la quantité des MMPs étudiées mais aussi, un déséquilibre dans la balance MMPs/TIMPs. Ce défaut pourrait servir de marqueur des récidives. Nous avons également montré la présence du FasL et de la MMP-7 qui pourraient jouer un rôle dans l’apparition et l’extension des bulles Enfin nous montrons le rôle potentiel de l’Epigallocatéchine gallate dans ces pathologies.

Thérapie de lentilles de contact sclérales perméables aux gaz dans les maladies de la surface oculaire. Premièrement, notre méthode n’était pas expérimentale mais observationnelle, impliquant que la causalité peut être proposée mais pas fermement établie. Le traitement par immunoglobulines intraveineuses (IgIV) a été appliqué chez un seul patient.

Les complications les plus fréquentes étaient l’insuffisance hépatique et les complications ophtalmiques. Un score est déterminé par le nombre de facteurs de risque présents. Le patient s’est complètement rétabli après 5 semaines de traitement systémique et topique intensif. Parmi les complications liées au SJS ou TEN, les séquelles oculaires étaient les plus fréquentes (43,1 et 43,4% des patients SJS et TEN, respectivement) suivies des séquelles urétrales (5,7 et 9,4% des patients SJS et TEN, respectivement).