Cultures lycéennes : La tyrannie de la majorité PDF, EPUB

Au lieu d’encourager une coopération bien accueillie entre les différentes parties de la population et d’ouvrir les bras à une minorité qui représente environ un quart de la population de l’État, nous l’entourons d’un mur raciste de suspicion, d’aliénation et d’exclusion.


ISBN: 2746706032.

Nom des pages: 223.

Télécharger Cultures lycéennes : La tyrannie de la majorité gratuitement. Livres disponibles dans ces formats pdf, epub, ebook, mobi.

Comment être soi dans la vie de groupe ? Est-il possible d’afficher ses goûts culturels ou ses choix vestimentaires sans risquer le ridicule ? De se confier sans perdre la face ? Pourquoi les relations entre les deux sexes sont-elles parfois si compliquées à gérer ? Que faire de la culture des médias dans le cadre de l’école ? Telles sont quelques-unes des questions auxquelles répond ce livre. Dominique Pasquier a mené une enquête précise et minutieuse auprès de lycéens de la région parisienne. Elle les a écoutés parler de leurs loisirs et de leurs passions : musiques, jeux vidéo, sports, émissions de télévision… Elle a observé leurs échanges quotidiens, sur leurs portables ou dans des chats sur Internet. Elle les a questionnés sur leurs liens avec les autres, en voulant comprendre pourquoi les communications à distance y tiennent désormais une place aussi importante. Et au fil des témoignages qui émaillent ce livre, on découvre un univers juvénile pétri de tensions. Tensions entre la plus grande autonomie qu’accordent les parents et l’exacerbation des pressions au conformisme sur le lieu scolaire. Tensions entre le désir de se livrer et les codes de réserve qui prévalent dans les groupes masculins. Tensions entre la culture qui est aimée en dehors de l’école et celle qu’il faudrait assimiler pour y réussir. Les lycéens témoignent d’une grande lucidité sur tous ces problèmes et cherchent à mettre en œuvre de multiples stratégies pour contourner les obstacles à l’expression authentique de soi. Mais tous n’y parviennent pas avec le même succès. Cette enquête ne bouscule pas seulement certains des stéréotypes sur la relation des jeunes aux nouvelles pratiques de communication, elle montre aussi, et peut-être surtout, combien il est difficile à l’adolescence de s’affirmer comme individu.

Cette politique de fournir, par des intérêts opposés et rivaux, le défaut de meilleurs motifs, pourrait être tracée à travers tout le système des affaires humaines, aussi bien privées que publiques. Vraisemblablement, de telles décisions seraient mieux laissées à des esprits hautement intellectuels comme le sien. Cela a conduit à une critique commune de leur objectif à court terme.

Au cours d’un débat intrigant sur les causes de la violence chez les jeunes, les républicains se sont concentrés sur Dieu, la moralité et l’application de la loi. Il existe également des preuves cohérentes sur les résultats concernant l’usage de substances. En effet, certaines colonies avaient une scolarité obligatoire pour les enfants, ce qui était de nature et d’intention religieuses. Mederer a noté avec justesse que de telles luttes ne sont pas uniques aux familles des pêcheurs, mais généralisent à toute situation où un parent est souvent absent pour son travail (par exemple, dans une carrière militaire ou dans une entreprise).