Entreprise et développement durable : Approche juridique pour l’acteur économique du XXIe siècle PDF, EPUB

Fonds mondial pour la nature, Société zoologique de Londres, Global Footprint Network. 24 octobre 2006. p. 19. Récupéré le 18 août 2012 .; Le monde échoue sur le développement durable Archivé le 9 février 2014 à la Wayback Machine.


ISBN: 2721213342.

Nom des pages: 129.

Télécharger Entreprise et développement durable : Approche juridique pour l’acteur économique du XXIe siècle gratuitement. Livres disponibles dans ces formats pdf, epub, ebook, mobi.

Le développement durable est désormais au coeur des stratégies d’entreprises et des préoccupations des décideurs, qu’ils y soient contraints par les pouvoirs publics ou incités dans une logique d’anticipation et de gestion des risques. Par une approche transversale, intégrant droit des affaires, droit de la consommation, droit de l’environnement, droit du travail, cet ouvrage a pour objet de cerner, du point de vue de l’entreprise, plusieurs enjeux juridiques du développement durable. Il s’inscrit en complémentarité de certains ouvrages parus dans cette même collection ouverte aux thématiques les plus actuelles : Droit du travail et droit de l’environnement, sous la direction de M-P Blin-Franchomme et I Desbarats ; Entreprises et dommage écologique, de M Memlouk ; Grenelle 2, ouvrage collectif. Un regard juridique est ici porté sur certains outils susceptibles de faciliter la diffusion du développement durable par l’entreprise, permettant aussi d’identifier les difficultés suscitées par cette intégration de préoccupations sociales et environnementales dans les objectifs économiques des organisations. Ces préoccupations sociétales, essentielles pour l’acteur économique du XXIe siècle, ont des répercussions évidentes sur son patrimoine, appréhendé dans sa dimension économique et juridique : problématique des sites et sols pollués, de la responsabilité des sociétés mères ; création d’une nouvelle  » valeur  » réputation, cadre juridique de la reddition  » sociétale « , pratiques commerciales, consommation durable… Ces préoccupations et aspirations nouvelles influent également sur la gestion des relations sociales : gestion durable et responsable des milieux de travail, de la main d’oeuvre et de l’environnement naturel ; impératifs d’équité et de solidarité sociales, diversité… Dans un monde où éthique et normes juridiques interfèrent, les rapports loi I Soft law (rôle et portée des codes, chartes, accords volontaires…) requièrent une attention particulière et, à une époque où les entreprises sont les acteurs majeurs d’une croissance  » soutenable  » et  » durable » sur le plan social, économique et environnemental, seront donc abordées les synergies actuellement à l’oeuvre entre Développement durable, RSE et Droit.

Cet ouvrage opportun explore les moyens par lesquels des instruments basés sur le marché et des politiques complémentaires peuvent aider les pays à atteindre leurs objectifs en matière de changement climatique. Nous commençons avec trois idées clés de l’érudition et de la pratique. On pense que cette perte de compétitivité se traduit par une baisse des exportations, une augmentation des importations et un transfert à long terme de la capacité de production des États-Unis vers d’autres pays du monde, en particulier dans les industries «polluantes».

Le résultat est une attente croissante que les entreprises devraient être économiquement, écologiquement et socialement responsables partout où elles opèrent, même si les réglementations gouvernementales sont inadéquates ou mal appliquées. Pour plus de détails, voir l’étude de cas Merck for Mothers. 3.3 Transformer la façon dont les affaires fonctionnent pour de meilleures affaires et un monde meilleur Toutes les entreprises qui évoluent sur des marchés durables aujourd’hui progressent sur certains objectifs mondiaux. Les responsables de la politique commerciale pourraient devoir réexaminer le mantra des produits similaires du système commercial multilatéral 97. La Commission se réunit chaque année et plus de 1000 organisations non gouvernementales sont accréditées pour participer aux travaux de la Commission.