Gendarmerie et contre-espionnage (1914-1918) PDF, EPUB

Je me souviens avoir lu (mais je ne me souviens pas où) des officiers militaires infiltrés infiltrant des cellules indiennes dissidentes à Londres avant et pendant la Grande Guerre.


ISBN: 2110923598.

Nom des pages: 110.

Télécharger Gendarmerie et contre-espionnage (1914-1918) gratuitement. Livres disponibles dans ces formats pdf, epub, ebook, mobi.

De 1914 à 1918, au gré des circonstances de la guerre, la Gendarmerie nationale est affectée à toutes sortes de missions, à l’intérieur comme aux armées. Parmi elles, la prévention, la détection et l’arrestation des espions occupent une position paradoxale, par l’importance de leurs enjeux et la faiblesse de leurs moyens. Formés dès la fin du XIXe siècle au rôle qu’on entend leur faire jouer en la matière dans une guerre de plus en plus probable, les gendarmes n’en sont pas moins pris au dépourvu quand éclate le conflit et qu’apparaît l’importance de leur sous-effectif. Dépassée la nécessaire réorganisation de l’entrée en guerre, la gendarmerie assure le déploiement d’un réseau d’observation des personnes, de l’opinion et des écrits et la prévention des menées préjudiciables au secret militaire. Dans la chaîne qui doit mener les espions de leur arrestation jusqu’au poteau d’exécution, les militaires de l’Arme sont présents sans discontinuité, constituant un observatoire des modes d’action et de la procédure en matière de contre-espionnage. Cette guerre menée contre un ennemi invisible conduit par ailleurs le gendarme au contact d’interlocuteurs auparavant lointains ou méconnus, officiers supérieurs membres des états-majors ou policiers parisiens devenus commissaires spéciaux aux armées. Elle le place surtout au contact d’une troupe rapidement hostile, qui fait de lui son bouc émissaire. Outre une inimitié durable entre les deux catégories d’hommes, c’est un sentiment d’injustice et d’ingratitude, éprouvé collectivement par l’Arme, qui découle de cette situation. La gendarmerie entreprend alors de se justifier dans le courant de l’après-guerre, et entend, à travers ses membres, rétablir sa vérité. Dans cette entreprise de réhabilitation, l’évocation de la mission de contre-espionnage, propre à frapper les imaginations, est largement mise à contribution, occupant une place singulière dans la mémoire du corps.

L’activité d’espionnage en France a été consciemment évitée, afin de ne pas compromettre l’alliance florissante entre les deux nations. Sous-série 8: Ministère de l’éducation et de la culture Portée et contenu: Documents relatifs à l’éducation et à la culture. Comité rabbinique – Feuillets de la Pâque 1918-1920, 1928 Titre du dossier Date 74 Listes des employés impliqués.

Cela pourrait notamment s’appuyer sur la police secrète militaire, la Geheime Feldpolizei, chargée d’assurer la sécurité des troupes dans les zones des armées qui s’étendaient derrière les différents fronts, ainsi que sur la police secrète des gouvernements généraux en Belgique occupée et Pologne. Le but était évident: « espial des circonstances (tecessus-i ahval) ». À l’époque, les sous-marins ne pouvaient pas être utilisés efficacement avec la flotte principale, car ils étaient beaucoup trop lents. Il est important de rappeler, cependant, que le bureau créé au sein du commandement central n’avait pas de voix dans les décisions du CS.