L’emprunt des collectivités territoriales : un paradoxe du droit public financier. Tome 60 PDF, EPUB

La balance des paiements est en rouge pour deux années consécutives.


ISBN: 2275045902.

Nom des pages: 292.

Télécharger L’emprunt des collectivités territoriales : un paradoxe du droit public financier. Tome 60 gratuitement. Livres disponibles dans ces formats pdf, epub, ebook, mobi.

Le cadre juridique du recours des collectivités territoriales et de leurs groupements au crédit a subi d’importantes modifications lors des nombreuses réformes dont a fait l’objet le secteur public local. En dépit de ces évolutions, l’emprunt des collectivités territoriales continue d’être au c ur d’un paradoxe entre autonomie et contrainte.
11 constitue d’abord un facteur d’autonomie pour les décideurs locaux comme cela s’est accentué avec la libéralisation du crédit qui s’est produite au cours de la seconde moitié du XXè siècle. Les collectivités territoriales doivent ainsi désormais user de cette autonomie pour répondre aux enjeux induits par la banalisation de cet instrument qui intègre dans une large mesure le champ du droit privé et dont les pratiques ne cessent de se complexifier.
La liberté acquise n’est toutefois pas totale. D’une part, l’autonomie offerte au secteur public local dans son recours à l’emprunt ne reste que relative dès lors que l’État continue d’imposer un encadrement multiple et ce, tant à travers l’existence de règles que par la mise en place de procédures de contrôle. D’autre part, cette autonomie a fait émerger de nouveaux enjeux pour les décideurs locaux qui ont vu la notion de risque financier s’inscrire au c ur de leurs politiques d’endettement.
L’actualité la plus récente de l’emprunt local demeure du reste une parfaite illustration de ce paradoxe avec des collectivités territoriales qui ont connu ces dernières années d’importantes difficultés liées à leur recours au crédit.

La plus grande partie devrait provenir du secteur non bancaire. A moins que les principes décisifs du pouvoir décisionnel local dans tous ces domaines ne soient pareillement bouleversés, la limitation du pouvoir local d’emprunter ne peut être justifiée, comme le font les tribunaux et les écrivains, par un appel aux intérêts des générations futures. Chacun possède une motivation et des valeurs appropriées, mais elles diffèrent, ce qui crée un problème.

Il parle de l’importance de rester «pertinent» pour la communauté. Les principes du fédéralisme ne commandent pas de libérer les gouvernements municipaux du spectre de l’imposition fédérale de leurs paiements d’intérêts. 238 Par conséquent, le Congrès peut abroger l’exemption pour les paiements d’intérêts municipaux ou restreindre les activités qu’il subventionne. Cependant, les statistiques ne soutiennent pas nécessairement les mêmes conclusions concernant la fréquentation de l’église, ce qui, après tout, semble plus pertinent pour une mission religieuse. Mais leur valeur ne peut être vérifiée – comme il le sera dans la partie III – qu’une fois leur charge spécifique isolée.