Le duc de Mercoeur (1558-1602) : Les armes et les lettres PDF, EPUB

Marot, Maurice Sceve et Jacques Peletier du Mans. Mais la poésie elle-même.


ISBN: 2753507783.

Nom des pages: 169.

Télécharger Le duc de Mercoeur (1558-1602) : Les armes et les lettres gratuitement. Livres disponibles dans ces formats pdf, epub, ebook, mobi.

Ce volume propose une enquête sur la fonction de la culture littéraire dans les pratiques et dans la représentation d’un grand seigneur à la fin du XVIe et au début du XVIIe siècles. Philippe-Emmanuel de Lorraine, duc de Mercœur, a été le beau-frère d’Henri III, mais il rejoint la Ligue dans la dernière phase des guerres de religion : dans sa province bretonne, il mène le combat contre les armées royales, et il sera le dernier des Ligueurs à se rallier à Henri IV. C’est en partie pour occulter ce passé de rebelle qu’après sa mort, survenue quelques années plus tard, ses thuriféraires élaborent le portrait d’un gentilhomme cultivé, possesseur d’une énorme bibliothèque et protecteur des lettrés. Il s’agit toutefois de faire la part de l’idéalisation dans cette construction rétrospective, et d’interroger la place effective qu’ont occupée les Lettres dans cette vie largement consacrée aux armes. Cet ouvrage réunit des contributions d’historiens et de littéraires, qui analysent d’abord la carrière, les ambitions et les moyens politiques et militaires du duc, puis la réalité de la protection qu’il a accordée aux lettrés, la représentation de Mercœur que les écrivains qu’il a protégés ont élaborée au cours de son existence et les idéaux qu’ils ont associés à sa cause ; enfin le contenu de la bibliothèque ducale à partir d’un inventaire après décès.

Croix et d’autres dans leurs écrits.25 Beau drame n’était pas le premier. D’autres déclarent que si les Indiens vendent sur le chemin du marché. Très curieusement, j’avais déjà été averti pendant quatre mois.

Quand j’étais à Borley en août 1943, le Rév. A. C. Henning. Garder l’attention locale a rendu beaucoup plus facile le fonctionnement des Églises. Germain en août 1570.99 Ce traité avait été mûrement réfléchi. Burghley plaça l’affaire devant les ambassadeurs du roi (voir la lettre n ° 19), Colville de Easter Wemyss et Edward Bruce, que la reine n’avait jamais sponsorisé Bothwell dans ses desseins ni l’avait autorisé à se rendre chez le roi.