Les Francs-maçons du pape : L’art royal à Avignon au XVIIIe siècle PDF, EPUB

Il a abandonné l’héritage des comtes de Toulouse à la France; il a été fait prisonnier par les Sarrasins en Terre Sainte; mais il combattit puissamment contre les Albigeois, les hérétiques sans défense sur ses propres terres, nous faisant sentir comment bon était ce jour à Evesham quand le grand jeune prince d’Angleterre, qui devait être le conquérant de l’Ecosse et du Pays de Galles, et établir la manière des lois sous lesquelles tout le monde civilisé devait venir dans la plénitude des temps.


ISBN: 2812401087.

Nom des pages: 203.

Télécharger Les Francs-maçons du pape : L’art royal à Avignon au XVIIIe siècle gratuitement. Livres disponibles dans ces formats pdf, epub, ebook, mobi.

Avignon, cité des papes… et des francs-maçons en un siècle des Lumières qui a vu les premiers par deux fois fulminer des bulles d’excommunication contre les seconds, lesquels se présentent alors comme les vrais chrétiens. Le paradoxe est saisissant, et c’est bien celui de tout un siècle, irréductible à des approches simplificatrices. À ce titre, Avignon constitue un observatoire unique pour comprendre la complexité des débuts de la franc-maçonnerie et pénétrer dans l’intimité du huis clos des premières assemblées des francs-maçons du pape.

Charlemagne ne remettait pas en question la primauté romaine, il y voyait en effet la source et la sauvegarde de la vraie doctrine. L’Église ne pouvait s’abandonner à l’esprit nouveau, parce qu’elle ne pouvait croire à ce chaos, même s’il portait de splendides fruits, et parce qu’elle avait aussi vu le fruit splendide de l’ordre. Bien que son esprit fût pleinement éveillé, il rêva de nouveau le rêve de l’unité du pouvoir; et l’adversaire le plus résolu qu’il rencontra dans cet effort fut Paolo Sarpi, catholique, prêtre et religieux.

Chaque nouveau cardinal fait trois révérences et embrasse d’abord le pied puis la main du pape; et reçoit alors une double étreinte. Le poète était venu à Avignon de Florence en tant que garçon avec sa famille, avait vu une bonne partie du monde en tant qu’étudiant et voyageur, et s’était construit dans le calme du Vaucluse, près du palais papal, un refuge d’un monde qu’il haïssait et aimait, idéalisé et méprisé avec la même ardeur. Hutte du quinzième ou, tout au moins, du seizième siècle, ils ont dû lutter pour l’existence parmi les autres potentats italiens, au lieu de pour la suprématie du monde. Le 24 novembre, il s’échappa de Rome à Gaète, avec l’aide des ambassadeurs français et bavarois, vêtu comme un simple prêtre.