Plantes sauvages à l’usage des randonneurs : Identifier, se nourrir, soigner PDF, EPUB

L’une des raisons souvent invoquées pour aller dans le désert est d’avoir la possibilité d’être plus autonome.


ISBN: 2841823776.

Nom des pages: 215.

Télécharger Plantes sauvages à l’usage des randonneurs : Identifier, se nourrir, soigner gratuitement. Livres disponibles dans ces formats pdf, epub, ebook, mobi.

Cet ouvrage n’est pas un nouveau guide du naturaliste. Il permet de la manière la plus simple qui soit de reconnaître une centaine de plantes sauvages, grandes et petites, parmi les plus répandues au bord des chemins, sur les berges des ruisseaux et sur les côtes. Toutes celles qui ne peuvent échapper à l’œil du profane qui voit, hume, cueille éventuellement. Ail sauvage, bardane, bouillon blanc, chicorée sauvage, fumeterre, millepertuis, origan, plantain, salicorne, saule, sureau… Sans oublier quelques-unes des plus toxiques. A partir de quoi le festin peut commencer : en une soixantaine de recettes faciles à réaliser, l’auteur décline les utilisations savoureuses des plantes nommées et récoltées. Il n’est nullement question de manuel de survie : les plantes sont envisagées comme condiments, légumes d’accompagnement, matière à réaliser soupes et salades. Coquille Saint-Jacques au varech, crêpe aux orties, fondue à l’ail des ours, maquereau au fenouil sauvage, nouilles aux fleurs d’acacias, omelette aux myrtilles, raclette à l’origan et au serpolet, salade de pourpier, soupe de noisettes… L’auteur, naturothérapeute, phytothérapeute, n’oublie pas de donner des conseils pour soigner les bobos les plus courants : ampoules, coups de soleil, piqûres d’insectes. Et le plus répandu chez les randonneurs : la fatigue. Le guide est complété par quelques trucs et astuces : comment confectionner une brosse à vaisselle en pleine nature ou du shampoing, de la lessive ; comment réaliser un sifflet, voire même faire du feu par friction. Avec Guy Lefrançois, la randonnée devient un art de vivre…

Jusqu’à présent, tous les changements que j’ai décrits dans l’évolution des plantes sauvages dans les cultures comportent des caractéristiques que les premiers agriculteurs ont pu remarquer, comme la taille des fruits, l’amertume, la chair, etc. Quand nous sommes arrivés à la chambre de notre mère à l’hôpital, nous avons vu un panneau sur sa porte fermée nous demandant de vérifier à la station de l’infirmière avant d’entrer. Je me promenais dans les couloirs de l’hôpital pendant que ma mère dormait, mes yeux jetés dans les chambres des autres lorsque je passais devant leurs portes, apercevant des vieillards à la mauvaise toux et à la chair violacée, des femmes bandées autour de leurs gros genoux. ?Comment allez vous.

Je voulais lui crier quand il entrait dans la porte une demi-heure plus tard, pour le secouer, le faire rager et l’accuser, mais quand je l’ai vu, tout ce que je pouvais faire, c’était le tenir et pleurer. Bien que certaines espèces indigènes puissent être considérées comme envahissantes, elles sont généralement contrôlées par l’équilibre naturel de leur écosystème local et ne sont pas très préoccupantes par rapport aux espèces exotiques envahissantes. Si vous n’avez plus de nourriture, ne vous inquiétez pas: le corps humain peut passer des semaines sans manger. Si vous devez vous nourrir à l’extérieur, faites-le le matin ou le midi, et ramassez les bols de nourriture et d’eau, ainsi que les restes et les aliments renversés, bien avant la tombée de la nuit.