Union et procréation : Développements de la doctrine des fins du mariage PDF, EPUB

Dans Apocalypse 19 et 21, la Cène du Mariage de l’Agneau est un banquet nuptial.


ISBN: 2204081531.

Nom des pages: 126.

Télécharger Union et procréation : Développements de la doctrine des fins du mariage gratuitement. Livres disponibles dans ces formats pdf, epub, ebook, mobi.

Depuis longtemps, l’Eglise lie l’union et la procréation comme deux significations d’un même acte d’amour. Ce lien se trouve mis en question aujourd’hui par l’évolution des mœurs et de nouvelles pratiques médicales. Comment, dans ce contexte, les arguments de l’Eglise peuvent-ils être entendus ? Pour comprendre le problème et les débats dont Humanae vitae (1968) et Donum vitae (1987) font l’objet, il importe de connaître l’histoire de la doctrine de l’Eglise catholique sur les fins du mariage et la signification que donne l’Eglise à l’acte conjugal. Cette enquête se situe au carrefour de l’histoire des mœurs, de la théologie morale, de la dogmatique, de l’exégèse biblique et de la pratique des sacrements. A la différence de nombreuses études qui envisagent surtoutl’expérience humaine et son évolution ou étudient les différentes argumentations théologiques en présence, le livre d’Alain Mattheeuws apporte une contribution tout à faitunique en présentant l’ensemble de l’argumentation d’Humanae vitae et de Donum vitae d’une manière systématique et claire. Un outil précieux, en particulier pour la recherchethéologique.

Pour la Cour, les traités internationaux ont abouti à deux conclusions: la première était que le mariage n’était pas exclusivement hétérosexuel. Un mouvement de résistance passive à la légitimation de pratiques contraires à la vie et à la dignité humaines commence à faire une impression de plus en plus aiguë sur la conscience morale de beaucoup, surtout parmi les spécialistes des sciences biomédicales. Dans ces cas, le finis operis est simplement quelque chose de plus pour le finis operantis dans l’intention des conjoints; en d’autres termes, le fait que les deux extrémités ne synthétisent pas ne signifie pas que le finis operis est nécessairement nié ou contredit.

Ainsi le couple, en se donnant l’un à l’autre, ne se donne pas seulement mais aussi la réalité des enfants, reflet vivant de leur amour, signe permanent de l’unité conjugale et synthèse vivante et inséparable de leur être père et mère. Cependant, je pense que notre compréhension de la culture ancienne du Proche-Orient peut nous aider à comprendre ce que ces choses signifiaient pour le public d’origine. C’est seulement de cette manière que nous pouvons donner une explication cohérente de la dimension unitive. Dans le coït, mais pas dans d’autres formes de contact sexuel, les corps d’un homme et d’une femme se coordonnent au moyen de leurs organes sexuels dans le but biologique commun de la reproduction.