Voyage à Rome : Les artistes européens au XVIe siècle PDF, EPUB

Quatorze ans plus tard, Copley a suivi, en grande partie à l’aiguillon de West.


ISBN: 906153707X.

Nom des pages: 184.

Télécharger Voyage à Rome : Les artistes européens au XVIe siècle gratuitement. Livres disponibles dans ces formats pdf, epub, ebook, mobi.

Dès le début du XVIe siècle, Rome a été le pôle d’attraction des artistes dans l’Europe entière. D’Espagne, des anciens Pays-Bas, de France, ils accouraient pour s’emparer de la culture qui s’y était imposée. De même qu’aujourd’hui les jeunes se rendent en Angleterre ou aux États-Unis pour améliorer leur anglais, ils venaient apprendre à parler italien dans leurs oeuvres – surtout en peinture. Leur formation n’était pas complète sans le voyage. Ils copiaient les antiques, étudiaient les maîtres, cherchaient à entrer dans les ateliers – où leur présence a été rarement détectée jusqu’ici – et, parfois, décrochaient des commandes. Alonso Berruguete, le grand sculpteur de Castille, et Pedro Machuca, qui fit bâtir à Grenade le palais de Charles Quint dans l’Alhambra des Maures, ont longtemps collaboré avec Raphaël avant de regagner leur pays. Le Flamand Michel Coxcie a exécuté une chapelle à fresque en partant des projets qu’en avait laissés Sebastiano del Piombo. Perin del Vaga est descendu dans les grottes de la Domus Aurea de Néron en compagnie d’un paysagiste flamand, qui a été son aide. Vasari mentionne parmi ses collaborateurs à la salle des Cent jours Pedro de Rubiales, qui laissera un chef-d’oeuvre à Naples pour le vice-roi, et Gaspar Becerra, qui entrera au service de Philippe II. Dans les palais romains sont intervenus des peintres tels qu’Antoine Caron, qui travaillera à la cour de Catherine de Médicis et de Henri II, Marten de Vos, qui dirigera le premier atelier d’Anvers, et Navarrete,  » el Mudo « , que Philippe II chargera de nombreuses toiles à l’Escurial. Même Pieter Bruegel a fait le voyage – tout en tournant le dos aux antiques et aux maîtres pour regarder seulement la nature. Lorsque, dans les années soixante-dix, la  » belle manière  » italienne brille à Rome de ses derniers feux, parmi les protagonistes figurent le Bruxellois Hans Speckaert, qui s’y éteindra encore jeune, l’Anversois Bartholomäus Spranger, qui partira s’installer à Prague, chez Rodolphe II, et le jeune Candiote qui s’était vanté de pouvoir refaire le Jugement dernier à la chapelle Sixtine et qui deviendra en Espagne  » el Greco « . A l’aube du nouveau siècle, les Flamands formaient à Rome une nombreuse colonie, dont une foule de paysagistes, quand y descendit le Francfortois Adam Elsheimer et qu’y séjourna Rubens, ouvrant la voie au baroque.

Mais l’hôtel lui-même – un monastère converti du 17ème siècle – est aussi impressionnant que les environs de la côte amalfitaine. Il conserve une majesté inoubliable, riche des reliques de 2000 ans d’histoire et après le lifting qu’il a reçu pour les célébrations de 2000, cette ville merveilleuse a l’air mieux que jamais. Au milieu, vous trouverez l’Oculus, l’œil du dôme.

Consultez mon blog précédent avec ma stratégie simple pour maximiser votre temps à Rome. L’île de Capri est célèbre dans le monde entier, avec des voyageurs attirés par son attrait sans fin et son style de vie glamour. Répondre Supprimer les réponses Rachel Knowles 30 avril 2013 à 22:56 Wow. Les avocats et les marchands en faisaient beaucoup plus, mais le talent de Copley l’avait mené loin au-dessus de l’humble station de ses parents.